BRAVO !!!

31 mai 2015 - 10:14

Bravo à nos Bel'Donne Trailers qui ont accomplis une belle performance ce week end : 85 km et 5300m D+ ou 42 km et 2800m D+  aux championnats du monde de trail à Annecy.

Toutes nos félicitations à Laurent, Patrice, David, Marc, Cédric et Bernard !!!

Ils jouent dans la cour des grands !!!

 

Commentaires

Staff
marc macary
marc macary 2 juin 2015 19:40
Athlète

Bonjour à tous, Il m'a fallu 3 jours de recup pour répondre à vos félicitations et donner mes impressions sur la Maxi Race(age oblige)!! Je n'ai pas la mémoire de Bernard,Patrice et Laurent pour me rappeler tous les détails. Je me souviens de notre nuit passée a l’hôtel avec David et Patrice(2 lits pour 3 chercher l'erreur!!).Bref nous n'avons pas ferme l’œil et debout à 2h40.Petit dej.sur le pouce,voiture et départ.Avec David nous avons "chemine"ensemble jusqu'au Semnoz(ou à la différence de Laurent j'ai détesté la soupe) .Les ralentissements du début de course nous ont permis de faire tomber le stress du départ.Au Semnoz David a lâché les chevaux et je ne l'ai plus revu(si à l’arrivée!).Patrice et Laurent ont bien expliqué les passages successifs jusqu’à Doussard(moi c le NEANT!)J'ai couru, un point c tout !Au ravito,changement de chaussettes de tee shirt et crème sur les pieds;puis collation(tres bonne soupe de pâtes!),un peu nauséeux mais bien chargé la mule tout de même.Bizarrement c la 2eme partie de course que j'ai appréciée le plus.Les jambes étaient toujours là ce qui m'a permis de rester dans la course et surtout de tenir les barrières horaires.J'ai même pu doubler des coureurs dans les cotes et surtout dans les descentes ou je crois que nos entrainements dans notre BELLE BELLADONE nous donnent des avantages par rapport aux Trailers des Plaines. Un troupeau de chèvres nous a accueilli vers un sommet(lequel ??)l'une d'entre elle est venue me caresser la jambe!ouf les chèvres ça mord pas!Ravito de Menthon saint Bernard ,petit arrêt et dernière cote raide mais bien franchie.Au sommet obligation de porter la FRONTALE!Et oui il est déjà 21h et des poussieres!Et la quelle descente,très raide(comme l'a si bien explique Laurent avec les cuisses qui HURLENT!).Mais jusqu'ici les ISCHIOS ont tenu alors il ne vont pas me lâcher maintenant.Donc frontale éclairée je peux dire que malgré la douleur des quadri.je me suis fais plaisir en doublant de nombreux "petits jeunes"qui ne pouvaient que marcher.Puis c l’arrivée ou David,Patrice et leurs familles m'ont très bien accueilli(MERCI ENCORE A EUX)et cerise sur le gâteau les enfants m'offrent un diplôme sur lequel je n'ai plus qu'a inscrire toutes les données de ma course(MERCI les ENFANTS).17h36 de course a 20' de l’élimination!Ça a passe!Bravo à mes collègues de course et MERCI pour VOS ENCOURAGEMENTS et VOS FÉLICITATIONS)qui font egalement partis de notre périple.Merci a tous!

Staff
Escoffier Sandrine
Escoffier Sandrine 1 juin 2015 19:06
Athlète

Et voilà le compte rendu de Bernard : 5 heures du mat, il faut se lever… Et un dimanche en plus !! Je ne me rappelle plus comment j’ai fait pour me retrouver embarqué dans cette histoire (Ah, si j’avais écouté Patrice), mais il faut y aller surtout que l’on s’est donné rendez-vous avec Cédric sur place. Petit déjeuner rapide mais copieux. Check-up d’avant course : les genoux ok ils font mal – La cheville droite ok elle fait mal aussi – Les mollets ok ça tire, les cuisses aussi… C’est bon, on peut partir. 7H40, on rentre avec Cédric dans le sas de départ. Je ne sais toujours pas ce que je fais là, mais difficile maintenant de s’éclipser. 8H00, le départ est donné, ça part relativement vite, ça rigole, ça parle fort (ça ne durera pas…). Après un petit bout de macadam plat pour s’échauffer, nous voilà à commencer la première montée. Là on comprend un peu mieux pourquoi certains partaient très vite. On se retrouve sur un petit single dans l’impossibilité de doubler, à un rythme de promenade d’un club du troisième âge. Alors que le sentier n’est vraiment pas raide, une grande horizontale à la Clément, tout le monde est obligé de marcher grâce à la bienveillance de certains qui n’ont pas forcément compris à quoi servaient les sas horaires ou qui ont peut-être surestimés leur niveau. Au bout de ¾ heure, le sentier se fait plus large, c’est le moment d’en profiter et de lâcher un peu les chevaux. Je double pas mal de monde dans la montée jusqu’au col de la Forclaz, je continu à doubler et l’arrivée au Roc Lanrcrenaz se passe très bien. La première descente est là. Je me rappelle les conseils de Marc Macary : il faut attaquer dans la descente pour gagner des places. Je fonce et je double du monde en pagaille. Je remercie les sorties faites avec le club, et notre beau terrain de jeu de Belledonne, car à voir certains descendre, je me dis qu’ils ne sont pas forcément habitués aux descentes raides et techniques. Je passe les points d’eau pour gagner du temps et encore quelques places. Enfin, Menthon Saint Bernard est là, milieu de course, tout juste 3 heures à la montre. Marc est là qui guette notre passage, sa venue réconforte et fait plaisir (un grand merci à toi Marc). Allez, encore une dernière bosse et s’est fini. Je repars plein d’optimiste en relançant dès que le profil le permet, et quelques kilomètres plus tard les vraies difficultés commencent. La montée vers Mont-Baron est terrible. C’est raide, cassant, glissant… des passages obligent à de grandes escalades de marche. Il fait chaud. C’est vraiment dur. Heureusement, la présence de nombreuses féminines légèrement vêtues fait oublier un peu les choses… Enfin, un panneau plus que 10Km avant l’arrivée vient redonner de l’espoir. Allez, plus que 10km, trois tours de lac du Flumet, une rigolade ! Les 6 prochains kilomètres me rappelleront la définition du trail : courir en montagne – Et oui, 6 km avec 500m de dénivelé ne sont pas l’équivalent de trois tours de lac. La dernière montée est éprouvante. Plus personne ne parle, on attend juste le bruit des respirations et des bâtons. On se croirait presque à un enterrement aux vues de la cadence, du silence et de la mine crispé de tout le monde. Enfin, la vue se dégage et alors que l’on croit que s’est fini un brave bénévole nous explique qu’il faut atteindre encore la petite bosse d’après. Cette bosse fera autant de mal aux jambes qu’au moral. Enfin, le sommet. Mes mollets se tétanisent et des crampes violentes apparaissent. J’attaque la descente en espérant que les jambes ne lâcheront pas. Plus que 4 kilomètres, allez ! il ne faut pas lâcher maintenant. Le mental prend le dessus et malgré la douleur je descends. Le bruit de la sono d’arrivée fait du bien, mais les rares vues sur le lac, rappelle que la descente n’est pas encore terminée. Enfin, le lac apparaît, le dernier kilomètre est dur. L’arrivée est attendue comme une délivrance. La foule est là et les encouragements permettent de continuer à courir. Enfin, l’arrivée. Marc est encore là pour les derniers encouragements. Je passe sous l’arche et je cherche un petit d’herbe pour m’allonger. C’est fini. 43Km – 2800 m de dénivelé. Tu l’as fait ! A ce moment j’ai une grande pensée pour nos coureurs du 85km, comment ont-ils fait pour tenir… Je ne me l’explique toujours pas. Peut-être faut-il essayer pour savoir… Mais ce ne sera pas demain. Cédric arrive peu de temps après, on en profitera pour échanger sur nos courses respectives. Le plus dur reste à faire, pouvoir se mettre debout demain matin, je pense que ça va piquer.

Staff
Thomas Castex
Thomas Castex 1 juin 2015 15:53
Athlète

Félicitations à tous les coureurs, et un grand merci à Laurent et Patrice pour nous faire vivre à l'écrit leur course !

Staff
Laurent Brunet-manquat
Laurent Brunet-manquat 1 juin 2015 11:52
Athlète

!!! SUPERBE JOURNEE !!!! un grand Bravo aux Bel’Donne runner qui ont participés et surtout finis la course, car franchement, le 85 ou 41Km, ce n’était pas de la rigolade. Un grand merci pour les encouragements du club, famille et amis. depuis je ne pense qu'à cette journée et il fallait que j'écrive mon ressentis tellement j'ai pris du plaisir. Vendredi 29 mai : Mon Team (parents, femme et fille) m'installe la caravane pour le weekend, ambiance décontracté, ma femme prend les choses en main, il faut allez chercher le dossard avant 18h, il est 17h et la circulation d'Annecy est bouché... on part à pieds en marche rapide avec poussette, 35 minutes pour atteindre l'arrivée (mode compète!), ça y'est j'ai mon dossard 11958 et un beau cadeau une ceinture poche très utile, on peut rentrer tranquillement manger. On se couche à 21h30 après la lecture de messages d’encouragements, dehors un orage commence à gronder, il pleut juste de quoi rendre le parcours bien gras et glissant... pas cool mais tant que ça ne dure pas c'est pas grave. Réveil Samedi à 3h30 après une pseudo nuit (ma fille est en fin de trachéite...), j'entame ce fameux gâteau sport banane et pépites de chocolats (d'habitude le stress m'empêche de manger beaucoup mais là, les 3 quarts sont biens passés), popo et pipi, pti beco à ma famille et 4h30 c'est partit pour l'aventure. Je retrouve la ligne de départ en vélo pour ne pas avoir à chercher une place en voiture, là une foule de 2000 participants déjà en place, je me mets dans la queue de la file d'entrée du sas de ceux qui espère finir en moins de 13h30 (devant la file est celle des VIP déjà connu, l'accès est contrôlé...). J'attends patiemment en pensant à... rien... lol, le vide en écoutant le speaker faire son show Puis le décompte des dix secondes commence, des fumigènes rouge s'enflamme, je me fais aspirer dans le couloir du départ et commence enfin à courir dans la MaxiRace 2015, l'émotion me rejoint, très vite l'allure accélère et je sais pourquoi, je fais de même et double des masses de concurrents, le but est de ne pas se retrouver trop derrière à la sortie d'Annecy dans la monotrace ou il est presque impossible de doubler. La montée commence, je passe devant mon camping, une petite pensée pour mes princesses qui déjà se préparent pour me voir au premier point de ravito et passer la journée sur la route. Je commence mon alimentation course, boire à gogo et un gel toutes les 30 minutes (une foi antioxydant pour éviter les crampes, la foi d’après energix) pour éviter les coups de calgon. J'arrive au premier contrôle à 5h58 minutes (432e), j'avais prévue 55 minutes dans mon timing mais je ne peu pas allé plus vite car devant ça bouche, la montée au col du Semnoz 1600m se passe très bien, elle est longue mais pas trop violente. Au ravito du Semnoz (2h30 comme prévus) plus jolie que la vue, une surprise de taille, ma femme frigorifié sous ses vestes (6° au col) et ma fille vêtue d'un super tee shirt (au dessus de 2 vestes bien entendue) "Allez papa tu es mon champion" trop beau, ça donne du baume au cœur et met une pression pour finir afin de récompenser l'effort d'encouragement !! je rentre dans la tente de ravito et prend mon temps pour savourer cette somptueuse soupe bien salée et bien chaude, du monde me passe mais pas grave, je préfère partir frais des ravitos, allé, encore un verre de soupe (merci à ma belle sœur et mon beau frère pour le cadeau du gobelet rétractable, une foi dépliée on met presque un demi litre dedans, trop bien !!!), puis rejoins mes 2 supportrices pour les rassurer de mon état de fraicheur, un beco et c'est repartis (mon temps est prit sur la sortie du ravito + 10 minutes 450e) pour une bonne descente bien technique, je me lâche un peu en pensant à la suite, je rattrape des coureurs, puis ça remonte pour le col de la Cochette, montée plus sèche, j'en profite pour donner du style à mon coup de bâton (merci à ma femme pour ce joli cadeau), je monte très bien sans me cramer en doublant des coréens qui sont partis 1h30 plus tôt, l'équipe national de la Corée du sud des championnats du monde, dont un allongé sur le dos en train d'essayer de récupérer son souffle... chercher l'erreur... J'arrive au sommet 1330m à 9h43 pile dans mon timing prévu (+13 minutes en fait mais c'est le temps des ravitos, 394e), camelbak rechargé, une descente ultra technique m'empêche de lâcher les jambes, des racines et de la roche sortent de la terre, il faut sauter à droite, à gauche, utiliser un câble pour ne pas faire du surf sur la roche glissante, et prendre parfois des risque pour doubler afin de ne pas perdre trop de temps. 11:05 j'arrive à Doussard, 44Km et 2566md+ de fait, ça va, je me sens pas trop mal, j'ai mit 20 minutes de plus que prévus mais ce sont les temps des ravitos. Ma femme et ma fille sont là, contentes de me voir encore souriant. Je prends le temps au ravito de manger des petits sandwiches au jambon, soupe de pates, TUC (oui ça fait du bien tout ce sel) coca, un beco à mon team, camelbak remplit et c'est repartis (+13 minutes 325e) pour la deuxième partie, un peu plus dure que la première. Le col de la Forclaz 1100m, mise en jambe pour la partie la plus dure, ça redescend puis c'est partis pour le Chalet de l'Aulps 1326m passage du contrôle à 13h04 (-10 minutes par rapport à mes estimations 288e) tout va bien mais la suite est fracassante, le Pas de l'Aulps 1620m une pente raide avec arrivée au sommet par un câble presque en escalade, la chaleur reflète sur la roche, je prend un gel coups de fouet, ça fouette, passage à 13h57 (+10 minutes par rapport à mon estimation, 262e), à ce moment on ne peut s'empêcher de penser en voyant ce paysage somptueux que le plus dure vient de passer et que ça ferait une superbe ballade à faire découvrir à mes femmes, puis une descente ULTRA vertigineuse sur du cailloux qui ne demande qu'à tordre les chevilles nous rappel que la difficulté n'est pas toujours la montée, un cassage de cuisse en puissance, fin de la descente à 14h33 (-10 minutes, 262e) puis une succession de montées descentes avant le ravito Menthon saint Bernard 15h16 (+10 minutes, 229e) TEAM Brunet Manquat Cochillot présent, super contentes de me voir encore vivant, et surtout de voir que la fin est proche et inévitable, !!! Je profite pour manger une salade de pates MAJESTUEUSE avec quelques TUC, sandwich jambon coca, un TOPO à mes princesses en leur criant "!!! PLUSQUE 16KM, C'EST LA FIN !!!", beco un rapport des messages d’encouragements qu’elle à reçus par téléphone pour se requinquer (surtout de ma folle de belle sœur qui était derrière son PC sur l’application de suivis en direct depuis 4h50…) et c'est repartit pour la finale, Mont Baron. Une première montée crescendo, je commence à sentir mes cuisses qui chauffes, mais pas grave car c'est la fin, plus que 12KM, puis ça monte encore plus fort, des coureurs crampent, d'autre me doubles à vive allure ??? Ah c'est des relais... ouff, je continue en pensant à mes cuisses et à l'arrivée (faut que ça tienne), puis ça devient encore de l'escalade !!! les cuisses HURLE mais tiennent le choc je prend un gel coups de fouet, ça fouette pas…, et enfin le dernier contrôle, celui de la fin du col, 17h22, 1270m je suis 218e, Annecy est si jolie de ce point de vue, pas autant que celui du Pas de l'Aulp mais le truc en plus est ce chant du speaker qui raisonne jusqu'ici, les tentes de l'organisation sont visibles, ça y'est rien ne peu m'empêcher de finir, je me lance dans cette descente en priant pour que mes cuisses tiennent, je rattrape encore quelques coureurs qui n'arrive plu à courir dans la descente, je serre les dents, prend des gels antioxydants et court, l'appuie est délicat, plein de volonté et de douleurs, la descente reste aussi technique et vertigineuse, il ne faut surtout pas se faire une cheville, pas là, puis le plat arrive, vite, un gel de redtonic, sensation de fraicheur intense qui m'aide à finir en courant dignement avec une banane de sourire porté par la foule déchainée, je vois la ligne d'arrivée, une émotion intense amplifiée à la vue de ma fille et ma femme, la CochiTeam au TOP, la ligne est une délivrance !!! Je finis ma MaxiRace à 18h02, je mets donc 13h02 (égal à mon estimation en enlevant les ravitaillements), 205e sur 2000, 85Km avec 5300m d+, heureux en famille ! Maintenant je marche en canard et descend les escaliers à l'envers (ça fait moins mal...) mais toujours avec la banane !!!!!!!

Isabelle Rovira 31 mai 2015 21:34
Athlète

Féliciations, un grand bravo à tous les 6, vous êtes vraiment énooooormes !!!

Staff
Patrice FAURE
Patrice FAURE 31 mai 2015 15:04
Athlète

Merci Sandrine et Merci à toutes et tous pour vos encouragements d'avant course ! Comme l'a dit le speaker à son micro à 4H45mns : "Ils se lancent dans un truc de dingue , 85 kms sur les hauteurs entourant le lac avec 5300 m D+ mais en même temps , rassurez vous , personne ne les oblige , ils le font tout d'abord parce qu'ils aiment ça..." Je voudrais tout d'abord féliciter Laurent , David , Marc Macary , pour leur superbe course ! Je pense très fort à Bernard et Cédric qui sont en train de courir en ce moment sous les encouragements de Marc Macary . Hôtel d'Argonnay , une dernière collation la veille , les préparatifs rituels du sac , de la tenue... Lever 2H45mns , un dernier p'tit déj pris dans la chambre , il a fait de gros orages le vendredi soir et nous craignons à juste titre un terrain bien boueux et gras sur les sentiers qui nous attendent... D'autant plus que les coureurs Elite vont labourer le terrain en partant 1H30 avant nous... 4H20 mns , il fait frais et nous entrons dans notre sas , il y a plein de monde , nous sommes 2000 Trailers , Traileuses prêts à en découdre ... C'est parti pour le décompte des 10 dernières secondes et ça y est les fumigènes annoncent le départ . ça part vite pour la tête de course et j'ai ensuite compris pourquoi , traversée d'Annecy en longeant le si beau lac , arrivée sur le sentier monotrace montée du Semnoz...Et oui , c'était prévisible , encore fallait-il connaître le parcours , des bouchons et une allure par forcément adaptée à chaque coureur , très difficile de doubler sans gêner les autres... Mais bon , faire le Semnoz en-dedans , pas forcément une mauvaise option , vu ce qui nous attendait par la suite... Un public très chaud et nombreux au sommet du Semnoz , des gens très sympas qui savent ce que c'est que l'effort Trail . ça bascule mais il y a du costaud et de la bosse plus que sérieuse , encore deux grosses difficultés avant d'apercevoir Doussard...Sans parler des descentes hyper techniques avec racines et rochers émergeants très lisses et polis , ça glissait dur !!! Une foule immense à Doussard et une grosse portion macadam avant d'arriver au gymnase ravito . Le temps de recharger la mule et ça repart , sous la chaleur , pour atteindre la terrible et longue montée jusqu'au col de la Forclaz avec l'obligation par politesse de laisser passer les coureurs du relai qui forcément grimpent plus vite que nous car ils viennent de partir . Ensuite , petite descente et immense grimpée jusqu' au refuge de l'Aulp et montée supplémentaire hyper raide avec cordes et mains posées au sol sur les roches . Alors là , un panorama exceptionnel sur le lac d'Annecy qui à mon sens est un des endroits les plus beaux de France ! Une descente interminable suivie d'une remontée cassante avant d'atteindre Menthon Saint Bernard , dernier ravito !!! Restent alors un dernier tronçon terrible en fin de course avec la montée du Mont Baron qui se grimpe en deux difficultés successives avant d'atteindre en sortie sur la pointe rocheuse les hauts de Veyrier avec toujours le lac splendide vu de très haut... Et oui , il faut encore descendre tout ça , par une succession interminable de lacets , sentiers très techniques avant d'atteindre le niveau du lac . ça , y est , cela sent l'écurie , nous sommes sur la rampe en bois qui borde le lac . Reste 1 km et nos forces sont décuplées dans les derniers 10 kms , pressés de revoir l'arche et nos proches qui nous attendent . Personnellement , je finis très fort dans le dernier km plat , la foule est immense et les bravos fusent de toute part , nous sommes remplis de joie . L'arche est franchie , il est temps d'aller chercher son superbe sweat-shirt Tecnica Maxi-Race de Finisher ! Quel niveau dans cette course ! Il y avait vraiment plein de passionnés excellents , le must du Trail mais dans un très bon esprit ! Les Hauts-Savoyards sont fantastiques et ils aiment les sports d'endurance ! Côté Elite , la France a brillé et a réalisé un carton plein avec les victoires de Sylvain Court et Nathalie Mauclair , au même parcours atypique puisque tous deux sont arrivés tard dans le monde du Trail . A titre d'information , Sylvain Court avait abandonné l'an dernier sur la Maxi-Race 2014 , épuisé par la rudesse du parcours . Les champions Elite ont évoqué après course la très grosse difficulté d'un parcours qui ne tolère aucune faiblesse !!! Imaginez-vous , plus de 5 fois la grimpée du Collet à monter mais aussi à descendre... Allez , bonne récup à tous , RV prochain pour d'autres défis ! Un grand merci à Marc Macary qui a récupéré nos dossards vendredi AM et à David qui avait réservé la nuitée ! Des courses loin de chez nous , cela complique aussi la donne , quelle aventure sans droit à l'erreur . Merci également pour vos félicitations nombreuses , quelle solidarité dans le monde du sport ! Cela fait chaud au coeur ! PAT , CR post course pour Bel'Donne Running . La France gagne également les titres par équipe masculins et féminins .

NOUVEAU SITE WEB

Le site du club à changé, retrouvez nous sur :

 

http://beldonne-running.fr/

 

Le site Clubeo est conservé tout de même pour l'instant en tant qu'archive...

 

Aucun événement sportif

Contribuez au site de votre club !

 Devenir membre

Aucun événement